Les équipes d’impulsion

Liste ouverte à d’autres partenariats

  • Université de Cergy-Pontoise

- Crée en 2010, l’équipe d’accueil École, Mutations, Apprentissages (ÉMA, EA 4507), rattachée à l’université de Cergy-Pontoise, est un laboratoire réunissant une trentaine d’enseignants-chercheurs intervenant au sein des parcours de formation des quatre mentions MEEF de l’ÉSPÉ de l’académie de Versailles.
La recherche à ÉMA se distingue par la diversité des origines disciplinaires de ses chercheurs : sciences de l’éducation et disciplines impliquées dans différentes didactiques : sciences du langage, littérature, géographie, philosophie, arts, TICE. Cette diversité rend possible une approche interdisciplinaire des enjeux sociaux, didactiques et professionnels de l’École aux prises avec les mutations sociétales contemporaines.
Les projets de recherche sont menés en collaboration avec les acteurs de l’Education, qu’il s’agisse des institutions publiques (ministères, rectorat, établissements scolaires et de formation), des associations, des professionnels et des bénéficiaires. Ils tiennent compte des ancrages territoriaux des interventions publiques et privées, des interfaces entre les acteurs de l’éducation - à travers la prise en compte des rapports école/ hors école - et s’intéressent aux différents secteurs concernés tels la jeunesse, l’éducation populaire, le social, la santé, la culture et les arts ; ils s’attachent à comprendre les pratiques des professionnels de l’éducation et de la formation, les modalités de transmissions des savoirs, les approches didactiques et pédagogiques déployées pour appréhender les mutations de l’École et leurs effets sur les apprentissages.

- Le Laboratoire de Didactique André Revuz (LDAR EA 4434) est une unité de recherche régionale pluri-conventionnée des universités d’Artois, de Cergy-Pontoise, de Paris Diderot, de Paris-Est Créteil, de Cergy-Pontoise, et de Rouen Normandie. Elle accueille 41 enseignant.e.s-chercheur.e.s en rattachement principal, 28 doctorant.e.s (25 ED 400 et 3 ED 284) et 10 chercheur.e.s associé.e.s, ce qui en fait l’unique équipe de recherche en didactique des Sciences de France et l’une des plus importantes (en terme d’effectif) à l’échelle internationale.

Sept enseignant.e.s chercheur.e.s (2 Pr et 5 MCF) sont affiliés à l’UCP et enseignent à l’ÉSPÉ de l’académie de Versailles.
Les recherches menées au sein du LDAR visent à étudier, pour mieux les comprendre, les processus d’apprentissage, d’enseignement, de formation en mathématiques, en sciences de la matière et en sciences de la nature.
L’intérêt porté aux conditions de transférabilité des résultats de la recherche vers la formation des enseignants et des formateurs reste prioritaire. Elles s’articulent autour des trois axes suivants :
• Axe 1 : Savoirs scientifiques : nature, circulation, évolution
• Axe 2 : Activités des élèves et des étudiant.e.s
• Axe 3 : Pratiques et formation des enseignant.e.s et des formateurs.trices en sciences

Projets engagés par les enseignants-chercheurs LDAR-UCP

- Paragraphe, équipe d’accueil (EA 349) rattachée en co-tutelle à l’Université de Cergy-Pontoise et à l’université Paris 8, est un laboratoire interdisciplinaire réunissant des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication et en Psychologie.
Six d’entre eux (1 Pr et 5 MCF) sont affiliées à l’UCP et enseignent à l’ÉSPÉ de l’académie de Versailles. Leurs recherches s’inscrivent dans le domaine des Sciences cognitives et ont le souci d’une continuité entre questions de recherche fondamentale et questions à forts enjeux sociétaux. Elles s’articulent autour de l’étude :
1) des mécanismes et des processus cognitifs impliqués dans les apprentissages en général (comprendre, raisonner, résoudre des problèmes) et aux apprentissages scolaires (en particulier lire, écrire), qu’il s’agisse du développement normal, retardé ou troublé ;
2) de l’effet des environnements (humains, numériques, dispositifs d’aide et entraînement) sur ces apprentissages.
Lien vers l’équipe CRAC - paragraphe.crac.free.fr - Compréhension, raisonnement et acquisition de connaissances, à laquelle appartiennent ces enseignants-chercheurs

  • Université Paris-Nanterre

Le CREF, Centre de recherche en éducation et formation, est une unité de recherche habilitée (EA 1589) de l’université Paris Nanterre (70ème section). Les recherches développées portent sur des champs de pratiques contemporains d’éducation, de formation et d’intervention : familles, institutions socio-éducatives, école, ville, formation d’adultes.
Les chercheurs travaillent au sein de quatre équipes :
. apprenance et formation des adultes, savoir
. rapport au savoir et processus de transmission
. crise, école, terrains sensibles
. éducation familiale et intervention sociale auprès des familles.
La constitution délibérément pluridisciplinaire du CREF autorise une authentique complémentarité épistémologique et méthodologique. Des épistémologies plurielles, reconnues comme valides par l’ensemble de l’unité, conduisent, selon les équipes, à travailler dans des perspectives hypothético-déductives ou compréhensives, qualitatives ou quantitatives, objectivantes ou impliquées, centrées sur les sujets ou sur les structures...
Cette diversité, construite progressivement pour permettre de réels croisements d’approches, de méthodes, d’outils et d’objets, favorise une conception interdisciplinaire ouverte de la recherche menée dans l’unité de recherche. Des membres du CREF interviennent régulièrement dans les formations de l’ÉSPÉ (notamment en analyse de pratiques, sur la question du genre, et en direction de mémoires).

  • Université Paris-Sud

- Le laboratoire CIAMSComplexité, Innovation, activité motrice et sportive, est rattaché à l’UFR STAPS de l’université Paris-Sud. C’est un laboratoire pluridisciplinaire composé d’une équipe MHAPS - Mouvement humain, adaptation, et performance sportive et SPOTS - Sports, politique et transformations sociales.
À l’interface des deux équipes, cinq enseignants chercheurs de disciplines différentes (sociologie, socio-histoire, socio-économie, psychologie sociale et ergonomie cognitive), s’intéressent aux métiers de l’intervention éducative en interrogeant :
. les pratiques physiques, sportives et artistiques dans différents contextes éducatifs comme analyseurs des rapports sociaux (de classes sociales, de genre, d’âge, socio ethniques, etc.) ; les représentations sociales, les normes sociales générées, maintenues et légitimées dans les éducations corporelles scolaires et extra-scolaires et leurs transformations ; la santé comme enjeu éducatif majeur des éducations du corps : débats, luttes et catégorisations sociales.
. l’utilisation des activités sportives et artistiques à des fins d’éducation, de prévention, d’animation et d’insertion en « territoires contraints » et notamment dans les quartiers relevant de la politique de la ville, et/ou de l’éducation prioritaire.
. les processus d’internalisation des valeurs, le sentiment d’utilité sociale chez différents acteurs d’une communauté éducative ; l’engagement comportemental des individus sous la pression d’un agent d’autorité (l’expérimentateur, le formateur, l’éducateur ou l’adulte).
. les gestes professionnels des enseignants en analysant particulièrement la mobilisation des outils techniques dans le cadre de la mise en en œuvre de dispositifs d’apprentissage. Dans ce cadre, c’est la question de la part de liberté accordée à l’élève qui est interrogée.

- DidaSco est un groupe de recherche de l’équipe d’accueil pluridisciplinaire EA 1610 de l’université Paris-Sud : Études sur les Sciences et les Techniques, EST.
Ses membres (1PU et 4 MCF) sont affiliés à différentes composantes de l’université Paris-Sud (UFR sciences d’Orsay, IUT d’Orsay, IUT de Sceaux). Trois d’entre eux enseignent dans les masters MEEF. Deux doctorants sont enseignants dans le secondaire (lycée et CPGE).
Les recherches de DidaScO s’inscrivent dans les champs de la didactique des sciences et des sciences de l’éducation. Elles portent sur l’enseignement, l’éducation, la formation et la diffusion des sciences et ont pour visée d’apprentissage « la connaissance de la connaissance ».
Mobilisant la notion de pratiques sociales et fondés sur une caractérisation multidimensionnelle des sciences, plus largement de la connaissance, et des acteurs, elles se développent selon deux axes :
1) les représentations des sciences dans l’enseignement formel et informel. Les travaux portent sur différents ordres d’enseignement (secondaire, supérieur) et différentes disciplines (physique, chimie, biologie, géologie). Ils explorent les représentations des acteurs (étudiants et enseignants), véhiculées par les curricula, pratiques enseignantes et situations d’enseignement, les effets de dispositifs innovants visant à les faire évoluer (histoire des sciences, par exemple). Ils examinent les liens aux pratiques de référence et d’autres dimensions des pratiques enseignantes.
2) le métier d’étudiant. Les travaux explorent les représentations de l’apprentissage et les stratégies mises en œuvre, questionnent les rapports avec l’implication, la réussite et les représentations des sciences.
Inscrits dans le paradigme de la complexité, elles sont conduites selon une approche comparative, une attention particulière étant portée à certaines variables (discipline académique ou scolaire, genre) et à la question des relations des sciences à d’autres domaines de connaissance, la religion en particulier mais aussi les arts.

Partager :

Enregistrer au format PDF
Imprimer cette page (impression du contenu de la page)